resized_IMG_0054

To begin 2015, the Brussels based artist Isaac Cordal takes possession the Spacejunk network with legions of tiny, middle-aged men in suits who navigate dreary, oppressive environments. Realized to be placed in the street, taking advantage of the existing architecture, Isaac lets us see a rough view of our society. Through ingenious installations, it points out the imperfections of our consumerist routines, the intellectual enslavement of mass and highlights environmental issues.

 

The Family. Rabbit houses, resien polyurethane painted and neons. 2015

 

resized_IMG_9971

resized_IMG_9972

resized_IMG_9975

resized_IMG_9979

resized_IMG_9985

resized_IMG_9990

 

Waiting for climate change (different manners to evitate devastation).
Iron poles and resine polyurethane painted). 2015

 

resized_IMG_0061

resized_IMG_0072

resized_IMG_0060

resized_IMG_0058

resized_IMG_0054

 

The office. 2013

 

resized_IMG_9920

 

El orador. 2015

 

resized_IMG_9996

 

Sleepwalkers. 2013-2015

 

resized_IMG_0081

resized_IMG_0080

resized_IMG_0078

 

Businessman. 2013

 

resized_IMG_0125

 

SDF. 2012

 

resized_IMG_0121

 

Chemical Love. 2012

 

resized_IMG_0119

 

Follow the leaders. 2013.
resized_IMG_0093

 

Remembrances from nature. 2015

 

resized_IMG_0108

 

Forest fragments. 2015

 

resized_IMG_9965

resized_IMG_9963

 

resized_IMG_9940

 

Hard life. 2013

 

resized_IMG_0105

 

Follow the leaders. Detail. 2015

 

resized_IMG_0130

resized_IMG_0127

 

A l’instar d’un dramaturge, l’artiste espagnol Isaac Cordal, illustre avec poésie les nouvelles formes d’aliénation de notre société contemporaine.

 

Pour débuter cette nouvelle année, c’est donc Isaac Cordal qui s’empare du réseau artistique Spacejunk en mettant en scène ses petits personnages de béton d’une quinzaine de centimètres. Réalisés pour être placés dans la rue et offerts à la vue de tous, l’artiste nous invite à porter un regard frontal sur notre société. Grâce à d’ingénieuses installations, il pointe du doigt les imperfections de notre société consumériste et l’asservissement intellectuel de masse et met en lumière les problématiques environnementales.

 

Depuis quelques années, les miniatures de béton sortent par centaines de son atelier situé à Bruxelles et envahissent l’espace urbain jusqu’aux galeries d’art. Les scènes qu’il compose dans ces lieux de monstration reflètent invariablement le quotidien d’hommes et de femmes figés dans leur routine. Les attitudes lasses et désabusées de ses statuettes évoquent sans fard le sentiment général d’un système à la dérive.